21/01/2014 :

Je crois à l’effet campus de l’Oncopole

La Dépêche du Midi 20.12.2013

21/01/2014 :

A l’oncopole, les valeurs de Claudius Regaud resteront pérennes

La Dépêche du Midi 19.12.2013

21/01/2014 :

L’Oncopole : un formidable outil

La Dépêche du Midi 18.12.2013

21/01/2014 :

Radiothérapie : premières machines à l’Oncopole

La Dépêche du Midi 16.12.2013

afficher autres actus 0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20 | 24 | 28 | 32 |...

toutes les actualites »

Le campus

Le 21 septembre 2001, Toulouse vivait la plus grande catastrophe industrielle de son histoire avec l’explosion de l’usine chimique d’AZF. Avec 30 morts, plus de 5.000 blessés, un quart de territoire communal touché, cette journée terrible créait un véritable traumatisme pour les Toulousains et plus globalement pour la nation.

Au mois d’avril 2002, Total prenait la décision de fermer définitivement son unité de production toulousaine et de procéder au démantèlement des installations sur le site de Langlade (nom du quartier sur lequel était l’usine AZF). Par ailleurs, le site contigu de Braqueville, propriété du ministère de la Défense, constitue, depuis 1973, date de cessation des activités de la poudrerie, une importante friche industrielle.

Prenant en compte la volonté du Président de la République Française de créer un élan national visant à accélérer la lutte contre le cancer, la Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse et la Ville de Toulouse ont décidé, avec l’appui de l’Europe, de l’Etat, de la Région Midi-Pyrénées et du Conseil Général de la Haute-Garonne de mettre à disposition du Plan Cancer cet espace unique de 220 hectares au sud de Toulouse, transformant ainsi "ce site de traumatisme et de mort" en un "site d’espoir et de vie".

Le 31 mars 2004, Philippe Douste-Blazy, alors Maire de Toulouse et Président du Grand Toulouse, annonce la création de l’Oncopole de Toulouse, site unique regroupant les forces vives de l’agglomération dédiées à la lutte contre la maladie.


Fermer